Ecoutez la voix du Sénégal Oriental, Alkuma FM, 107.0

Spectr News Theme
ECONOMIE

Dossier 1 PMC - Restauration : Un forage pastorale pour 5000 têtes de bétails à Wourourou

11/03/2019
Maké

Dans le cadre de la restauration des moyens de subsistance au profit des éleveurs impactés par la mine de Mako, la société PMC a réalisé plusieurs points d’eau pastoraux. Ce samedi 27 janvier 2019, le reporter du portail web alkuma.info a visité le forage pastoral de Wourourou, situé à environ 20 km du village de Niéménéké, dans la commune de Tomboronkoto.

La réalisation de ce forage fait suite à celle de simpampou pour un montant total de 48 000 000FCFA. Au total, plus de 5000 têtes de bétails peuvent s’abreuver dans de bonnes conditions d’hygiène et de sécurité.

Chef de village de Niéménéké et Délégué communal des chefs de villages de Tomboronkoto, Mamadou Dian Diallo a indiqué que leur partenariat avec PMC date de 2009, c’est à dire, depuis la phase d’exploration.

Selon lui, après la réalisation du puits pastoral de Diop Kolon, les éleveurs ont formulé une nouvelle demande pour obtenir un autre point d’eau pastoral car la demande était très forte. Il fallait trouver un site adéquat où ce forage allait être implanté.

« A l’issue de plusieurs échanges et de visites de terrain sous la direction d’un géophysicien, le site de Wourourou a été retenu en 2016. Et, conformément à ses engagements dans le document d’accord global, PMC a réalisé ce forage pastoral équipé d’un système d’exhaure solaire, un bâtiment de 3 pièces pour le concierge, 2 grands bassins, aménagement d’un hectare de périmètre agricole pour les besoins de subsistance du gardien et d’un bloc sanitaire », a expliqué le Délégué des chefs de villages M. Diallo.

Il a ajouté que plus de 5000 bœufs peuvent s’abreuver tous les jours sur ce site qui est implanté dans une zone de parcours officiel de bétails dans la commune de Tomboronkoto.

« La sécurité, l’accès facile à l’eau et au pâturage sont des avantages non négligeables. Car, nos animaux ne sont plus victimes d’accidents de la route avec les gros porteurs, mais surtout les risques d’attaques d’animaux sauvages la nuit », a souligné Mamadou Dian Diallo.

Il a soutenu que malgré les réalisations de PMC, il reste encore des contraintes liées au manque d’éclairage, à l’enclavement (le site est difficile d’accès pendant l’hivernage), le problème de réseau téléphonique mais surtout le déficit d’assistance sanitaire car la fièvre aphteuse décime souvent leurs vœux.


Source:alkuma.info

Pub test