Ecoutez la voix du Sénégal Oriental, Alkuma FM, 107.0

Spectr News Theme
ECONOMIE

Dossier 1 –PMC – Restauration : Maraichage, sécurité alimentaire et autonomisation des femmes à Bowoyoto

11/03/2019
Maké

Le périmètre maraicher de 5 ha aménagé à Bowoyoto, dans le village de Tambanoumouya est une extension du site maraîcher pilote de badalla. Ce site pilote au même titre que celui de linguékoto avait pour but de servir de champ école aux producteurs maraîchers.

PMC a beaucoup contribué au renforcement des capacités techniques et organisationnelles des bénéficiaires avant le passage à l’échelle. Présentement en plus des périmètres pilotes précités, cinq (05) nouveaux ont été installés notamment : le site de Mako (8ha) ; l’extension du site de Linguékoto (2ha) ; l’extension du site de Bowoyoto (4ha), l’extension du site de Badalla (4ha) et le site de Niéméniké (8ha).

Présentement, tous les nouveaux périmètres sont fonctionnels et sont en cours d’exploitation par les bénéficiaires.

A ce jour, 200 producteurs maraîchers dont 75% de femmes et 25% d’hommes bénéficient chacun d’une parcelle maraîchère de 625 m2. Le Secrétaire général du Comité de gestion du périmètre maraicher de bowoyoto et bénéficiaire d’une parcelle de 25/25 m sur le site de 5 ha, déjà aménagé, clôturé et disposant d’un système moderne d’irrigation solaire, Mme Diouncounda Camara a fait de l’oignon, de l’aubergine et du concombre.

Dans un entretien accordé au reporter du portail web alkuma.info, Mme Camara a fait savoir que le maraichage a plusieurs avantages parmi lesquels, l’amélioration du menu à la cuisine avec des légumes fraiches et le renforcement du pouvoir d’achat des femmes, c’est à dire, leur autonomisation.

Elle a rappelé que des femmes du terroir voulaient faire du maraichage depuis longtemps. Mais, malgré leur proximité avec le fleuve, il leur était impossible d’obtenir un bon système d’irrigation. Cependant, depuis quelques mois, PMC a pu lever cette contrainte.

« Nous avons de l’eau en abondance. Vous pouvez le constater vous même. Le jardin est clôturé pour endiguer la divagation des animaux car nous sommes aussi dans une zone d’élevage. Le système d’irrigation est composé de 32 panneaux et 2 pompes à haut débit. Mieux, nous avons un contrat de commercialisation avec ATS (prestataire chargé de la restauration au PMC) pour écouler toutes nos productions », s’est réjouie Mme Camara.

Elle a précisé que d’autres marchés existent aussi pour écouler leurs productions. En effet, les femmes actives dans le maraichage ont bénéficié de formation ou renforcement de capacités par des experts commis par le PMC.

Diba Camara, époux de Diouncounda, a souligné que l’agriculture pluviale est devenue contraignante à cause des changements climatiques. Alors que le maraichage peut se faire durant toute la saison. Mieux, le maraichage est plus facile à pratiquer en termes d’efforts physiques et génère plus de recettes.

« Je remercie le PMC qui a diminué considérablement la pauvreté dans nos villages. Nos enfants travaillent à l’usine et leurs parents sont dans le maraichage. Vous avez plusieurs spéculations parmi lesquelles, les salades, la banane, l’oignon, le concombre…etc. Sans oublier l’arboriculture fruitière dans un autre périmètre aménagé et situé en face.

Concernant l’arboriculture, 18 ha ont déjà été aménagés pour Tambanoumouya et 13 ha pour linguékoto. Au total 58 producteurs ont bénéficié chacun d’une parcelle de 0,5 ha dont 38% de femmes et 62% d’hommes.

Le coût global pour la clôture des nouveaux sites du programme (matériel et main d’œuvre) et l’installation du système d’irrigation solaire est estimé à 234 323 127 FCFA.

Faut-il rappeler que les deux périmètres, (maraichage et arboriculture) du site de bowoyoto sont séparés par la route. En ce qui concerne l’arboriculture, une diversité d’espèces a été plantée notamment : des manguiers, citronniers, orangers, goyaviers…etc. PMC a pris toutes les dispositions nécessaires pour faciliter le travail des populations sur le site.

Source:alkuma.info

Pub test