Ecoutez la voix du Sénégal Oriental, Alkuma FM, 107.0

Spectr News Theme
ACTU

Communiqué de presse : Mobiliser femmes et hommes pour la gestion des conflits

12/03/2019
Maké

Tel était le thème de débat organisé ce vendredi 8 mars au sein de l’UCAD. Association des Femmes Diplômées de l’Université, Centre Africain de Complémentarité Scolaire Universitaire et de Promotion CACSUP/SENEGAL, Institut des Droits de l’Homme et de la Paix IDHP, Ecole de la paix de Grenoble ont uni leurs capacités innovantes pour réfléchir et construire des mécanismes de paix, dans toute situation de conflictualité à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la femme ce 8 mars 2019 au CONFUGIUS de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar sur le thème : « Rôle des femmes sur la prévention et la gestion des conflits » animée par jean DIDIER VERMENOT Administrateur de l’Ecole de la paix de Grenoble Mme Marieme CISSE THIAM Chargée de la coopération internationale de l’AFDU Pr Samba THIAM Directeur de l’IDHP sous la présence effective de M Ibrahima Eloi SARR Président du CACSUP/Sénégal

Les différents orateurs, en parfaite osmose, ont pointé les difficultés inhérentes aux violences, sans fondement biologique, qui, trop souvent, relèvent du déni. Pour un intervenant, le travail, tel qu’il s’exerce, constitue déjà une souffrance voire une violence dès lors que le cadre législatif n’est pas mis en œuvre au sein même de l’entreprise. Pourtant toute activité professionnelle ou professionnalisantes devrait orienter vers l’émancipation créative, donnant un statut et une personnalité.

Droits de l’homme, Objectifs du développement durable, dans leur universalisme portent l’enjeu du futur par l’éducation à la culture de paix, au genre dès le plus jeune âge et en transversalité dans toutes les activités quotidiennes, à la maison, au travail, dans la ville, au cours des loisirs…

Inégalités salariales, déroulements de carrière entravé, difficultés d’accès à tous les emplois alors de de nombreuses techniques soulageant les contraintes physiques existent… harcèlement moral et sexuel au travail… cette liste non exhaustive de difficultés montre le chemin de à parcourir pour l’égalité femme/homme.

Les femmes, premières victimes des guerres, par des viols demeurent bien souvent exclues des processus de négociation et sortie de crise pour aller vers des transitions politiques. Promouvoir leur participation dans les processus de négociation sera reconnaitre la résolution de l’ONU en ce sens.
Comment anticiper tout conflit et rechercher les nœuds de tensions, la détection précoce ?

Comment transformer le conflit ou par le conflit afin de trouver les meilleures résolutions Ecouter pour comprendre la vie, penser la réconciliation, « réinventer la solidarité, respecter la dignité sans discrimination ni préjugé, obligent à interroger nos comportements, nos attitudes, nos modes de vie qui rejettent la violence en s’attaquant à leur racines par le dialogue et la négociation »…

Cependant les enjeux demeurent importants à l’interpellation de cette participante qui évoque « la guerre dans le couple » et en famille avec des conséquences délétères pour les enfants. Nous savons que les enfants souffrent de ces nombreux drames familiaux !

Il a été suggéré d’étudier la mise en place d’observatoire de la pratique des cultures de paix, une cellule d’écoute, un organisme associant diverses composantes pour analyser et comprendre, proposer des actions de formations en direction de celles et ceux qui enregistrent les plaintes afin qu’aucun jugement en soit porté sur la parole de la femme qui dépose.

La participation active des femmes et l’égalité hommes/femmes relèvent d’un impératif moral éminemment politique, tout en constituant un instrument essentiel de prévention des conflits et un facteur de paix durable.

Honorant cette manifestation, Miss Sénégal 2019, Mademoiselle Alberta DIATTA, portera haut et fort les valeurs de paix dans le monde ; elle saura, avec sa jeunesse et fougue, convaincre de la nécessité de reconnaître la place de la femme dans nos sociétés.

Le Président Ibrahima Eloi SARR CACSUP/SENEGAL a profité de cette conférence pour annoncer le CACSUP, l’Ecole de de la paix de Grenoble et l’Institut des Droits de l’homme de la paix IDHP se sont engagés pour mettre un observatoire de la culture de paix et des droits humains pour bâtir des territoires de la culture de la paix aux seins des universités mais aussi dans la société.

Le CACSUP / Sénégal compte aussi lancer dans le courant 2019 un incubateur pour la recheche d’emploi et le financement des étudiants entrepreneurs.

Par ailleurs, en partenariat avec le centre National de transfusions sanguine ; il y a eu un don de sang qui a permis à une centaine d’effectuer donner du sang.

Ibrahima Eloi SARR

Pub test