Ecoutez la voix du Sénégal Oriental, Alkuma FM, 107.0

Spectr News Theme
POLITIQUE

Portait : Moustapha Dieng, socialiste pur sang et Khalifiste nourissant une ambition de sortir Bamba Thialène de l’oubli

13/12/2019
Maké

La seule chose qu’ont est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas. Le Secrétaire général des jeunesses socialistes du département de Koumpentoum depuis le dernier renouvellement des instances du parti au niveau départemental en avril 2014, M. Moustapha Dieng est natif de ndiayenne Bamba plus connu sous nom de Bamba Thialène, village éponyme au célèbre projet Bamba Thialène dont le promoteur est le charismatique Mamadou Cissokho un des pères fondateurs du mouvement paysan Sénégalais. Son rêve consiste à servir son territoire, son royaume d’enfance comme Premier magistrat.

Teint clair, taille moyenne et visage en cœur, Moustapha Dieng est un homme ouvert et d’un commerce facile. Son sourire ne coûte pas un centime. Et, sa jovialité est même contagieuse. Sportif, il a une tête bien faite. Au plan professionnel, Moustapha Dieng est assistant social de formation, ancien planificateur des régions médicales de Fatick et de Tambacounda et actuellement responsable du Bureau Régional de l’Education et de l’Information et pour la Santé (BREIPS) de la région médicale de Kolda depuis avril 2017.

Il est un produit fini du parti socialiste sénégalais. On peut même dire qu’il a le socialisme dans le sang. Il l’explique lui-même : « Jeune élève, j’ai tété le lait du parti socialiste dans mon village natal près de maman Sokhna Ndiaye, Aminata Ndiaye Kéba Diop, Souleymane Ndimbélane, premier Président du Conseil Rural de Bamba Thialène, sous nos yeux le député du Peuple Kabiné Kaba venait à Bamba Thialène régulièrement dans le cadre de ses activités politiques ».

Toutefois, son départ de son village natal vers Koumpentoum puis vers Foundiougne l’avait éloigné des sphères politiques. Seulement en l’an 2000, année où le PS a perdu le pouvoir marqua sa rencontre avec l’ancien ministre Thierno Ba de l’UPS et l’auteur de l’ouvrage « Lat DIOR sur le chemin de l’honneur », chez lui au quartier Fann Résidence près de l’actuel siège du ministère de la Santé et l’Action sociale, a réveillé son militantisme.

Comment est-il devenu Khalifiste ?

« Il me racontait dans son bureau le parchemin du Sénégal vers l’indépendance, les réunions du BP avec l’ancien président de la République Léopold Sédar Senghor. Il faut retenir que mon engagement a réellement débuté en 2007 à la veille de l’élection présidentielle. Depuis cette année, avec le Benno Siggil Sénagal, j’ai été investi sur la liste de cette coalition en 2009 à la conquête de la Commune de Koumpentoum ensuite en 2012, la deuxième élection Présidentielle avec le Parti Socialiste. En 2014, suite au renouvellement des instances du parti socialiste, j’ai été élu Secrétaire Général des jeunesses socialistes du département de Koumpentoum », a-t-il confié.

Le choc des ambitions est une réalité dans tous les partis entrainant souvent des situations invraisemblables : crises, perturbations, ruptures, scissions…etc. Et, le PS sénégalais n’a pas échappé à cette réalité. Il a pris sa dose au lendemain des élections locales de juin 2014. Au cours de ces élections, le Premier Ministre d’alors, Mme Aminata Touré candidate du parti pouvoir voire de la Coalition présidentielle a été battue par l’ancien Maire de Dakar, candidat à sa propre succession.

Mme Touré a été finalement démise de ses fonctions à la Primature. Les socialistes favorables à Khalifa Sall commencent à se sentir étroits dans la mouvance présidentielle. La séparation était inévitable. Du côté des apéristes, le Maire de Dakar devenait un danger pour le régime. Après le Premier ministre, Khalifa Sall cherchera-t-il à empêcher le président de la République à obtenir un second mandat au regard de sa côte de popularité grandissante ? Les socialistes favorables à leur défunt Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng exclut toute candidature en 2019. Tout le contraire chez les Khalifistes parmi lesquelles, on peut compter un jeune dynamique, ambitieux et déterminé à battre campagne en 2019 pour un candidat socialiste à la présidentielle, en l’occurrence, M. Moustapha Dieng.

« Avant d’être Khalifiste, dit-il, je suis socialiste et je reste socialiste à l’image de mon mentor, mon leader Khalifa Ababacar Sall. En ma qualité de Secrétaire Général des jeunesses socialistes du département de Koumpentoum, c’est par le biais de Barthélémy Toye Dias, Secrétaire Général du Mouvement National des Jeunesses Socialistes (MNJPS) sortant que j’ai côtoyé et bien connu Khalifa Ababacar Sall. Lors de sa tournée au mois de février 2017 à Tambacounda, nous étions ensemble. Ce qui me lie à l’ex-Député Maire de Dakar, c’est sa constance, son engagement, ses ambitions, sa vision qu’il avait pour Dakar mais surtout pour le Sénégal. Faut-il rappeler qu’il est le Secrétaire général chargé de la vie du PS ».

Avec Khalifa Sall, M. Dieng a été le Coordonnateur départemental de l’« Initiative 2017 ». Suite à la consigne de son leader, il a été aussi un membre actif de la coalition « Idy 2019 » dans le département de Koumpentoum. Sans oublier qu’il était le représentant du Front du « NON » à la Commission Départementale de Recensement des Votes en 2016, aux élections législatives 2017 et à la l’élection Présidentielle 2019.


Que retenir de sa trajectoire académique ?

Moustapha Dieng a fréquenté l’école primaire à Bamba Thialène seulement il a obtenu en 1996 son diplôme de CFEE et d’entrée en sixième à l’école Thierno Sakho de Koumpentoum. Puis cap dans la région de Fatick précisément dans la presqu’île de Foundiougne ancien comptoir commercial de Morel et PROM grandes maisons commerciales de Marseille.

Au collège Ndiène Coumba Ndiaye où il a obtenu son BFEM en 2000, ensuite le lycée El Hadji Mamadou DIOUF de Foundiougne de 2001- 2003, échec au Bac et réussite au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de Développement Sanitaire et Social (ENDSS) section Aide sociale à la même année par le billet d’une candidature libre le BAC en poche en 2004, la section assistante sociale réussie en 2005.

Sorti en 2007 à l’ENDSS, il est titulaire d’un Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées en Gestion des Ressources Humaines à l’Institut Supérieur en Gestion des Ressources Humaines (DESS/GRH) en co-diplomation avec l’Ecole Nationale de l’Economie Appliquée (ENEA).

Pourquoi veut-il être Maire de Bamba Thialène ?

Avec une forte coalition, Moustapha Dieng envisage d’aller à la conquête du pouvoir local. Il déclare sa candidature pour la commune de Bamba Thialène. « Je pense, en tant que fils du village, Chef-lieu de la commune avec les expériences acquises, je serais en mesure avec une équipe compétente de porter haut les destinées de cette commune qui fut la fierté du mouvement paysan Sénégalais. Nous y travaillons inlassablement avec les jeunes, les femmes, les adultes et avec toutes les sensibilités ethniques pour préparer une alternative à cette équipe actuelle, limitée par ses ambitions et ses actions pour le bien-être des populations de la commune de Bamba Thialène », affirme-t- il pour justifier sa candidature.

Ainsi, sa vision pour sa commune qu’il considère comme son royaume d’enfance, c’est de lui redonner la renommée d’antan, un Bamba Thialène prospère où les fils et les filles de la commune se donnent la main pour l’intérêt supérieur de leur terroir. Une commune avec des projets structurants, des villages avec un système d’assainissement performant. Mieux, la biodiversité et l’environnement seront au cœur des préoccupations de la municipalité. Sans oublier l’électrification rurale.

Il prône un retour vers l’agriculture multifonctionnelle, le maraichage, l’arboriculture et surtout la formation professionnelle des jeunes. Une commune où les secteurs de la santé, de l’éducation française comme coranique auront une place de choix dans les politiques locales. Une commune de Bamba Thialène en essor économique social, culturel et environnemental.

Source :mensuel Alkuma n°31

Pub test