Ecoutez la voix du Sénégal Oriental, Alkuma FM, 107.0

Spectr News Theme
ECONOMIE

Mines Vertes - Photos : Ibrahima Sorry Diallo offre plus de 200 bourses d’études pour couper les chaines de la pauvreté dans les ménages à Tambacounda, Kédougou et Kolda

11/01/2020
Maké

Par Maké DANGNOKHO

Le Directeur Exécutif de l’Ong la Lumière et Promoteur du Centre d’incubation, de formation professionnelle et d’apprentissage aux métiers verts, M. Ibrahima Sorry Diallo vient d’initier, à travers les « Mines Vertes », un concept qui va révolutionner la vie des centaines de ménages au Sénégal Oriental et au Fouladou.

En accordant des bourses d’études à plus de 200 jeunes des 18 communes de Kédougou, des 46 Communes à Tambacounda et des 40 communes à Kolda, M. Ibrahima Sorry Diallo va, sans nul doute, fixer les jeunes sur leur terroir, promouvoir l’auto emploi après la phase d’acquisition de connaissances solides et accroitre le pouvoir d’achats des populations surtout en milieu rural.

La démarche consiste à cibler des jeunes issus de familles vulnérables notamment celles bénéficiaires des bourses de sécurité familiale. Une manière de couper durablement la chaine de pauvreté dans leur ménage.

Ainis, M. Diallo souhaite-t-il établir un contrat moral avec les Maires pour qu’ils mettent des terres à la disposition des jeunes formés à l’école. Ces jeunes seront accompagnés dans l’aménagement des terres, pour ne pas dire, la création de « Mines vertes » dans leurs terroirs respectifs.

L’école a ouvert ses portes depuis le 10 décembre 2019 avec une première rentrée et la deuxième rentrée est prévue le 09 janvier 2020. En plus, l’école a offert des bourses aussi à plusieurs organisations nationales notamment les Exploitants forestiers, les Eleveurs de CNCR, du Directoire des femmes en élevage, des Migrants de retour, du Syndicat d’initiative et de tourisme, de l’Union des conducteurs de moto Jakarta…etc.

Les formations suivies d’emplois à la mine verte de Botou (un champ école) ou des stages au sein de l’entreprise. Une vingtaine de filières sont enseignées. Il s’agit de l’agronomie, élevage, aquaculture, apiculture, arboriculture, entreprenariat agricole, micro jardinage, management des exploitations familiales, initiation et gestion de la chaine de valeurs, tourisme, hôtellerie et restauration, énergie renouvelable, comptabilité agricole, informatique, conservation des produits locaux, commercialisation des produits locaux, cuisine, boulangerie, pâtisserie et conduite d’engins lourds.

Un jeune bien formé, accompagner dans l’acquisition de terres aménagées, peut devenir un vrai acteur de développement et un véritable maître de son propre destin. La mise en œuvre de cette initiative. Les Mines Vertes est une vision juste et novatrice. Elle peut devenir une arme redoutable pour vaincre le chômage, la faim et la pauvreté aussi bien en milieu urbain et rural.

Safra et Mines Vertes : Un Centre Ouest Africain...

"Nous avons eu l’occasion de faire une présentation du projet lors du symposium de la SAFRA 2019 dont le thème portait sur "l’employabilité et l’insertion des jeunes. La congruence du thème et les objectifs du projet a ému les maires des différentes villes qui ont aussitôt marqué leur adhésion à envoyer des jeunes en formation. Ainsi, nous avons profité de la cérémonie de clôture de l’événement pour offrir des bourses d’études transmises officiellement par le Maire de la Commune de Tambacounda, M. Mame Balla Lo à ses collègues de la Gambie, des deux Guinées, du Mali et de la Mauritanie. D’orée navant nous avons un centre Ouest africain de formation sur les métiers verts", a expliqué Ibrahima Sorry Diallo.










Source :alkuma.info

Pub test